Drôle de période

Depuis quelques mois déjà nous vivons une période inédite et chacun appréhende celle-ci différemment.

Nous avons du stopper net notre routine pour être enfermé chez nous. Nous sommes devenus travailleurs et enseignants. Puis une fois un nouvel équilibre trouvé les règles du « jeu » ont changé. En tant qu’adulte la situation est difficile à vivre mais nos enfants subissent également cette situation. Ces petits êtres qui ont tant besoin d’une routine se retrouve ballottés d’une décision à une autre. Et pourtant personnes ne s’arrêtent pour eux. On entend parler de guerre, de geste barrières, de distanciation sociale, de protocole sanitaire mais est-ce qu’à un moment on a pensé à nos enfants.

Pendant cette période j’ai lu pas mal d’articles. Certains psychologue s’inquiètent pour les parents qui risquent le burn out à gérer en parallèle leur travail et l’école. Certains enseignants écrivent de jolis posts en parlant des séquelles psychologiques. Mais la majorité parlent de mort, de maladie ou donnent de grand conseil sur comment bien faire l’école tout en travaillant (la vaste blague).

Et moi pendant ce temps-là je regarde mes dragonnes se débattre. Je les vois qui passent d’une émotion à une autre en un claquement de doigts. Je les vois qui coulent petit à petit et ces derniers jours je vois ma moyenne dragonne exploser comme elle le faisait il y a quelques années. Pourtant je fais tout pour les préparer au fur et à mesure et garder une certaine routine. Mais cela n’est pas suffisant car malgré tous mes efforts je ne pourrais pas leurs rendre leur vie d’avant. Parce qu’à cause de moi elles seront toujours en bas de la liste en matière de priorité. Parce qu’un enfant en souffrance est moins prioritaire qu’un enfant décrocheur. Dur façon de découvrir que ce n’est pas juste!

Je les accompagnerai dans cette drôle de période. Même si pour l’instant nous naviguons à vue, je sais que nous retrouverons un équilibre et que nous le retrouverons autant de fois qu’il le faudra. Mais là aujourd’hui j’avais juste envie de dire que m****, que c’est fatiguant et que ça m’épuise. Oui nous y arriverons mais nous y laisserons quelques plumes, alors zut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *